Follow me:

J’aime pas les soldes.

Si tu lis plus bas que le titre, j’ai envie de parier qu’on est sur la même longueur d’ondes et que tu es curieux de plaisanter sur le sujet avec moi.

Ou alors tu es un grand soldes-addict, offensé par ce titre absurde… Dans ce cas, je te présente toutes mes confuses, mais en même temps je prendrais totalement mon pied si cette petite lecture, aussi légère soit-elle, pouvait te faire réfléchir une demi-seconde et peut-être envisager de garder tes sous l’été prochain pour d’autres plaisirs moins futiles 😉

Donc, les soldes me pompent l’air pour quelques raisons que j’ai bien du mal à hiérarchiser.

La première, sans aucun doute la plus énervante de toutes, est que les soldes nous créent des besoins qui n’en sont pas. Les pros du marketing sont tellement doués, intrusifs et vicieux, qu’ils parviennent à nous convaincre qu’il nous faut absolument ne manquer sous aucun prétexte telle ou telle incroyable promo, et certains sites e-commerce sont devenus tellement bien foutus qu’en 3 clics et un Scan avec ton smartphone, tu te retrouves avec une confirmation pour une commande de 2 paires de chaussures, 4 hauts et 3 jeans, dont 2 même pas en soldes, et aussi 1 sac et un déguisement de la Reine des Neiges, mais c’était une affaire de dingue parce qu’ils étaient à moins 70.


Pendant un moment, il y a cette petite montée d’adrénaline, ou je ne sais quel autre composant chimique qui fait sa petite fête à l’intérieur de nous pour nous donner ce sentiment d’être le roi du shopping et des bonnes affaires, les bras chargés d’une quantité de choses plus inutiles les unes que les autres, qui vont venir encombrer encore un peu plus le dressing ou le reste de la maison, et nous faire perdre encore un peu plus de temps chaque matin à se demander comment s’habiller, ou à rendre le ménage encore plus pénible, à ne plus savoir où et comment ranger ces nouvelles acquisitions.
Et ce moment de volupté est généralement plutôt bref, souvent brutalement interrompu par le mail de confirmation affichant fièrement son affligeant montant total ou la voix de la vendeuse énonçant avec son plus beau sourire de combien notre pauvre petit compte bancaire sans défenses va être amputé grâce à nos précieuses trouvailles.
Pour certains, la pièce prend un peu plus de temps à tomber, trop heureux de sillonner les rues en arborant leurs sacs (en carton svp) logotisés des enseignes en vogue du moment.

d1944d2d63352671d9b72f16c60898b3.jpg

La deuxième raison de mon intolérance à cette charmante période de folie commerçante bi-annuelle, que j’ai renoncé à citer en premier de peur d’être accusée de paresse, est le fait que je bosse moi-même dans un commerce qui, comme tous les commerces, prend la chose très à coeur. Bé oui, les temps sont durs, il faut bien rattraper les autres mois de l’année qui sont, pratiquement toujours selon les patrons, très mauvais – ceci justifiant en toute logique les conditions d’emploi mirobolantes dont nous bénéficions dans le secteur. Bref! Keep focus!
Toi qui bosses dans la vente, je sens ton empathie toute entière traverser mon clavier, en pensant à la préparation des boutiques les jours qui précèdent, à l’afflux des clients et au rythme affolant des journées sans pause lunch.

La boîte mail assaillie de toutes part par des marketeurs affamés, à laquelle s’ajoutent désormais les innombrables SMS et autres notifications sur les applis mobiles ne rendent pas les choses plus faciles.
Le bordel dans les magasins non plus.

Mais tout ça n’est pas le pire, non.

Mon plus gros problème avec les soldes, c’est que, tout en étant pleinement consciente de ce que je viens de citer, année après année, juillets après janviers, ils finissent toujours par m’avoir!
Je me hais pour ma faiblesse, qui me laisse succomber devant ma wishlist Asos pleine de prix barrés, m’embarquant avec toutes ces pauvres victimes du système dans la spirale infernale des fausses bonnes affaires et des promesses à soi-même de récupérer un peu de ses dépenses injustifiables dans un prochain vide-dressing sensé me faire déculpabiliser.

Bref, tu m’as démasquée, si je n’aime pas les soldes, c’est parce que j’aime le shopping, mais que j’essaie de me soigner, de changer ma façon de consommer, acheter moins, mais mieux… et crois-moi, pour une ex-depuis-pas-si-longtemps acheteuse compulsive récemment convertie en militante minimaliste, ben resister aux soldes, ça en fait pas encore tout à fait naturellement 🙂
Allez, essaie d’ignorer les banners qui se pointent sur chaque page que tu visites pour t’afficher la super promo sur ce joli tapis trop mimi pour la chambre de ton petit mais dont  lui se fichera complètement, ferme plutôt ton ordi, et va bouquiner un peu ou jouer à la chasse aux monstres avec tes voyous 😉

 

 

 

Previous Post Next Post

You may also like

1 Comment

  • Reply LESS IS MORE Living - Minimal Life #01: Les bases - Initiation au Minimalisme

    […] adresses shopping, il faudra aller faire vos courses ailleurs (je vous expliquais en janvier que J’aime pas les soldes ). Vous ne trouverez pas ici mes coups de coeur démarqués, mais plutôt un […]

    30 juin 2017 at 20 h 56 min
  • Leave a Reply